Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

22 janvier : Pêche à pied. À Dinard, c’est le homard !21 janvier : Brexit. Brittany Ferries signe un contrat à 50 M€ avec le Royaume-Uni 19 janvier : Bezhin Breizh. Macroalgue sous serre : un projet pilote à 20 M€ 18 janvier : Pêche. Tellineur, un métier menacé17 janvier : Sarzeau. La spiruline marine dope ses projets 15 janvier : Brexit. Brittany Ferries signe un contrat à 50 M€ avec le Royaume-Uni 14 janvier : Innovation. À bord du premier ferry autonome du monde 12 janvier : Innovation. Une lampe frontale pour surfer de nuit11 janvier : Lorient. Dix tonnes de merlu saisies au port de Lorient-Kéroman 10 janvier : Une méduse serait immortelle !9 janvier : Manche : les gendarmes contrôlent les pêcheurs à pied, trois infractions relevées8 janvier : Port-en-Bessin. Une vedette SNSM plus grande en attendant une neuve d’ici 20247 janvier : Pêche plaisance. Les quatre départements bretons réunis 5 janvier : Groix. Un rorqual de 16,50 m échoué sur les rochers4 janvier : Plouézec. Les trois apnéistes avaient pêché illicitement 398 coquilles Saint-Jacques 3 janvier : Baleine. Le Japon va reprendre ouvertement la pêche commerciale 2 janvier : Madagascar : à la découverte du premier caviar africainDécembre 2018 : Pêche. Tellineur, un métier menacéDécembre 2018 : Coquilles. À bord de l’Eter VagDécembre 2018 : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 1900Décembre 2018 : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ansDécembre 2018 : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique
Accueil > Les espèces > Coquillages > Huîtres - Généralités

Huîtres - Généralités

Dernière mise à jour le vendredi 22 septembre 2017



Huîtres sauvages creuses rade de Brest

Les huîtres sauvages remontent à la nuit des temps ; si l’on en croit l’histoire du monde, les ethnologues et paléontologues, l’huître existait il y a 260 millions d’années.
Huîtres de Moncrabeau - La Crassostrea Crassissima
https://www.youtube.com/watch?v=nE915E__kGU

En Europe ce seraient les Romains qui auraient commencé à élever les huîtres, au temps où seule l’ostrea edulis poussait à l’état naturel de la Scandinavie au Portugal !
Depuis ces temps immémoriaux l’on accorde des vertus par dizaines à ce mollusque.
Les gens de la côte, comme les têtes couronnées, apprécient les huîtres depuis toujours.

Si l’on relève dans plusieurs pays des tentatives d’élevage de l’huître, l’ostréiculture ne naît réellement en France que dans les années 1850/70.
Il est bon de noter que le stockage et l’affinage se faisaient déjà depuis des siècles, et bien avant notre ère, en bassins, en estuaires et en marais salants.

Depuis un moment déjà (Bretagne, Pays de Loire, bassin d’Arcachon et Normandie) le dragage à bord de bisquines et le ramassage à pied (transport à bras, à civières, ou à charrettes hippomobiles), menacent les bancs d’huîtres.

Les autorités de l’ époque ont bien tenté de freiner le massacre, en promulguant une loi réglementant les activités de pêche et de stockage des coquillages, et en instituant une interdiction de pêche entre le 1er mai et le 31 août, mais les prélèvements ont été réellement trop importants (durant de longues années) par rapport à la ressource et la plupart des bancs ont été décimés.

Pourtant la demande était de plus en plus forte.

Le 20è siècle connaîtra l’essor de l’huître en France, et ce malgré les guerres, les aléas climatiques (hiver 63 en particulier), les épizooties, les pollutions, et micro-organismes toxiques.
L’ostréiculture en France est un pôle économique d’importance, générateur d’emplois à temps complet, mais aussi d’emplois saisonniers.

Au fil des chapitres nous verrons comment les huîtres sont élevées, suivant les régions, les conditions du milieu (biotope). J’aborderai également ce qui gène le développement des élevages, les pollutions diverses, les prédateurs habituels ou nouveaux.

Dans la mesure du possible je le ferai en images afin que vous soyez à même d’établir des comparaisons.

C’est volontairement que je distinguerai d’une part les huîtres creuses, et d’autre part les huîtres plates.

J’évoquerai également les huîtres sauvages, notamment les huîtres plates sauvages de la rade de Brest, et d’autres lieux où pointent des espoirs.

De même je parlerai des huîtres triploïdes, appelées aussi huîtres des quatre saisons qui, à mon sens, devraient faire l’objet d’un étiquetage significatif sur tous les étals.

Je vous donnerai également des références, liens spécialisés ou scientifiques, et des livres sur les huîtres, sur la page "Lire pour comprendre" comme du reste pour tout ce qui est traité dans ce site.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP