Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

19 janvier : Bezhin Breizh. Macroalgue sous serre : un projet pilote à 20 M€ 18 janvier : Pêche. Tellineur, un métier menacé17 janvier : Sarzeau. La spiruline marine dope ses projets 15 janvier : Brexit. Brittany Ferries signe un contrat à 50 M€ avec le Royaume-Uni 14 janvier : Innovation. À bord du premier ferry autonome du monde 12 janvier : Innovation. Une lampe frontale pour surfer de nuit11 janvier : Lorient. Dix tonnes de merlu saisies au port de Lorient-Kéroman 10 janvier : Une méduse serait immortelle !9 janvier : Manche : les gendarmes contrôlent les pêcheurs à pied, trois infractions relevées8 janvier : Port-en-Bessin. Une vedette SNSM plus grande en attendant une neuve d’ici 20247 janvier : Pêche plaisance. Les quatre départements bretons réunis 5 janvier : Groix. Un rorqual de 16,50 m échoué sur les rochers4 janvier : Plouézec. Les trois apnéistes avaient pêché illicitement 398 coquilles Saint-Jacques 3 janvier : Baleine. Le Japon va reprendre ouvertement la pêche commerciale 2 janvier : Madagascar : à la découverte du premier caviar africainDécembre 2018 : Pêche. Tellineur, un métier menacéDécembre 2018 : Coquilles. À bord de l’Eter VagDécembre 2018 : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 1900Décembre 2018 : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ansDécembre 2018 : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique Décembre 2018 : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault Décembre 2018 : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes Décembre 2018 : #AlertePollution
Accueil > Actualités de la mer > Les algues vertes s’étendent sur les côtes françaises

Les algues vertes s’étendent sur les côtes françaises

Dernière mise à jour le dimanche 19 janvier 2014

Article paru
sur le site "Le Monde" - 17 Janvier 2014
Visualiser l’article original



Les marées vertes et autres proliférations d’algues gagnent inexorablement du terrain sur les façades maritimes depuis une quinzaine d’années. C’est ce que constate le Commissariat général au développement durable (CGDD), avec le service de l’observation et des statistiques du ministère de l’écologie, dans son bulletin de janvier.

Les nouvelles de Bretagne ne sont pas bonnes : les ulves responsables des tristement célèbres marées vertes y poursuivent leur avancée. Mais elles sont inquiétantes aussi du côté de la Méditerranée et dans le Pas-de-Calais, où se multiplient les alertes aux « blooms » de microalgues capables de libérer des toxines dangereuses pour la faune et pour la santé humaine.

Les conditions météorologiques ne leur ayant pas été favorables plusieurs printemps de suite sur les côtes armoricaines, les marées vertes nauséabondes y ont été moins spectaculaires depuis 2010. C’est là une maigre consolation, car non seulement ce phénomène touche de plus en plus de sites dans la région - 51 plages et 23 fonds d’estuaires en 2012 -, mais il s’étend à présent sur les littoraux bas-normands du Calvados et de la Manche, ainsi qu’en Loire-Atlantique, Vendée et Charente-Maritime. Les concentrations d’ulves ont fait leur apparition jusque sur les îles de Ré et d’Oléron. C’est cette dériéroration persistante qui vaut à la France les remontrances de l’Union européenne.
Selon les années, les tapis d’algues vertes couvrent de 1 500 à plus de 4 000 hectares sur la façade ouest. Chaque été, les collectivités locales en ramassent de 50 000 à 100 000 m3, ce qui leur a coûté environ 1,7 million d’euros en 2012.

Selon les graphiques du CGDD, les évolutions des surfaces d’algues échouées sur les plages en fin de saison suivent très précisément celles des flux d’azote et de phosphore. Plus ces substances arrivent jusqu’à la mer, que ce soit par les rivières, par ruissellement ou par retombées atmosphériques, plus les ulves prospèrent.

Le phénomène est bien connu : qu’il soit d’origine organique (suite à l’épandage de lisier ou de fumier) ou synthétique (les engrais minéraux), le rejet d’azote – qui se transforme en ammoniac et en nitrates en se dissolvant dans l’eau - est directement lié aux usages agricoles. Il l’est à 54 % dans les bassins versants de la région Seine-Normandie, à 90 %, dans ceux de Loire-Bretagne, selon les agences de l’eau. Au total, en France, l’excès d’azote déversé par rapport à ce que les cultures peuvent absorber est estimé à 900 000 tonnes par an.

C’est encore le trop plein de nutriments qui provoque des proliférations d’algues microscopiques en Méditerranée, où azote et phosphore sont charriés par le Rhône, mais aussi dans l’estuaire de la Seine, la baie de Somme ou le littoral du Pas-de-Calais… Cette fois, l’origine du problème est davantage domestique : il résulte de lacunes des dispositifs d’assainissement des eaux usées et de la surpopulation des zones côtières.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP