Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Les machines à laver devront être équipées de filtres à microplastiques d’ici à (...)

Les machines à laver devront être équipées de filtres à microplastiques d’ici à 2025

Dernière mise à jour le vendredi 21 février 2020

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 00 Janvier 2020
Visualiser l’article original


La France a lancé le chantier de l’installation de filtres à microfibres plastiques dans les lave-linge, une première mondiale destinée à lutter contre la pollution des océans.

« Est-ce que c’est faisable ? La réponse est oui, parce que nous n’avons pas le choix », a souligné la secrétaire d’État à la Transition écologique, Brune Poirson, ce lundi, à l’issue d’une table ronde où elle réunissait les constructeurs de machines à laver, des « innovateurs » qui travaillent sur des solutions de filtres, des ONG et des associations de consommateurs.

À compter du 1er janvier 2025, les lave-linge neufs vendus en France, aux professionnels comme aux particuliers, devront être munis de filtres destinés à empêcher le passage dans les eaux usées de fibres plastiques microscopiques libérées par les vêtements au cours du lavage. La mesure figure dans la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, promulguée la semaine dernière..

Les plastiques utilisés dans la confection (polyester, acrylique, élasthanne) libèrent en effet, lors du lavage, des particules trop petites pour être filtrées dans les usines de traitement, qui se retrouvent dans l’environnement et notamment dans les océans. Les microplastiques représenteraient entre 15 % et près du tiers des quelque 9,5 millions de tonnes de plastiques déversées chaque année en mer, selon des chiffres de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature).
Porter le dossier au niveau européen

« C’est un défi, c’est très difficile (…) ça ne se fera pas du jour au lendemain » et « ça demande un grand travail de la part des fabricants » et notamment « des changements technologiques », a reconnu Brune Poirson. Mais « il faut qu’on agisse », a martelé la secrétaire d’État, qui veut maintenant porter le dossier au niveau européen « pour faire en sorte que cette mesure ne soit pas qu’une mesure française ».

Du côté des fabricants, cette première réunion est jugée « constructive » car elle a « permis de soulever de nombreuses questions économiques, techniques et d’utilisation », selon une déclaration de leur fédération professionnelle.

Les constructeurs s’engagent à « tout mettre en œuvre


Lire l’article complet sur ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP