Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

22 janvier : Pêche à pied. À Dinard, c’est le homard !21 janvier : Brexit. Brittany Ferries signe un contrat à 50 M€ avec le Royaume-Uni 19 janvier : Bezhin Breizh. Macroalgue sous serre : un projet pilote à 20 M€ 18 janvier : Pêche. Tellineur, un métier menacé17 janvier : Sarzeau. La spiruline marine dope ses projets 15 janvier : Brexit. Brittany Ferries signe un contrat à 50 M€ avec le Royaume-Uni 14 janvier : Innovation. À bord du premier ferry autonome du monde 12 janvier : Innovation. Une lampe frontale pour surfer de nuit11 janvier : Lorient. Dix tonnes de merlu saisies au port de Lorient-Kéroman 10 janvier : Une méduse serait immortelle !9 janvier : Manche : les gendarmes contrôlent les pêcheurs à pied, trois infractions relevées8 janvier : Port-en-Bessin. Une vedette SNSM plus grande en attendant une neuve d’ici 20247 janvier : Pêche plaisance. Les quatre départements bretons réunis 5 janvier : Groix. Un rorqual de 16,50 m échoué sur les rochers4 janvier : Plouézec. Les trois apnéistes avaient pêché illicitement 398 coquilles Saint-Jacques 3 janvier : Baleine. Le Japon va reprendre ouvertement la pêche commerciale 2 janvier : Madagascar : à la découverte du premier caviar africainDécembre 2018 : Pêche. Tellineur, un métier menacéDécembre 2018 : Coquilles. À bord de l’Eter VagDécembre 2018 : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 1900Décembre 2018 : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ansDécembre 2018 : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique
Accueil > Actualités de la mer > Accastillage textile. L’idée qui prend le large

Accastillage textile. L’idée qui prend le large

Dernière mise à jour le mardi 3 avril 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 30 Mars 2018
Visualiser l’article original


Difficile d’imaginer devant son modeste bâtiment d’une zone artisanale de Sarzeau (56) que Nodus Factory vient de lever 400.000 € en deux heures. Qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’innovation, voire « la révolution industrielle » pour son inventeur.

« Ce n’est pas compliqué d’inventer : toute personne sensible a de bonnes idées. Le plus dur est de commercialiser », explique Yves Laurant. L’architecte belge, issu d’une famille syndicaliste et militante, a toujours eu le goût de l’innovation.

Dès 1986, la qualité environnementale des bâtiments était au coeur de ses préoccupations. « Mon bureau d’études était une sorte de laboratoire. » Cette inventivité le poursuit dans ses loisirs. Passionné de bateau, de deltaplane, d’escalade... il réfléchit à y améliorer la sécurité en éliminant les mousquetons ou manilles et surtout les noeuds qui réduisent de moitié la résistance des cordages.
Une industrie relocalisée

« À 55 ans, j’ai eu envie de faire autre chose, de faire une entreprise autrement. » Et ailleurs. Ses pérégrinations sur le littoral français l’amènent dans le golfe du Morbihan. « J’étais dans l’idée de m’isoler sur une île... » Il choisit finalement Sarzeau, pour une aventure humaine fourmillante.

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP