Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

19 janvier : Bezhin Breizh. Macroalgue sous serre : un projet pilote à 20 M€ 18 janvier : Pêche. Tellineur, un métier menacé17 janvier : Sarzeau. La spiruline marine dope ses projets 15 janvier : Brexit. Brittany Ferries signe un contrat à 50 M€ avec le Royaume-Uni 14 janvier : Innovation. À bord du premier ferry autonome du monde 12 janvier : Innovation. Une lampe frontale pour surfer de nuit11 janvier : Lorient. Dix tonnes de merlu saisies au port de Lorient-Kéroman 10 janvier : Une méduse serait immortelle !9 janvier : Manche : les gendarmes contrôlent les pêcheurs à pied, trois infractions relevées8 janvier : Port-en-Bessin. Une vedette SNSM plus grande en attendant une neuve d’ici 20247 janvier : Pêche plaisance. Les quatre départements bretons réunis 5 janvier : Groix. Un rorqual de 16,50 m échoué sur les rochers4 janvier : Plouézec. Les trois apnéistes avaient pêché illicitement 398 coquilles Saint-Jacques 3 janvier : Baleine. Le Japon va reprendre ouvertement la pêche commerciale 2 janvier : Madagascar : à la découverte du premier caviar africainDécembre 2018 : Pêche. Tellineur, un métier menacéDécembre 2018 : Coquilles. À bord de l’Eter VagDécembre 2018 : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 1900Décembre 2018 : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ansDécembre 2018 : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique Décembre 2018 : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault Décembre 2018 : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes Décembre 2018 : #AlertePollution Décembre 2018 : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques
Accueil > Actualités de la mer > Méduses : l’invasion 2013 a commencé

Méduses : l’invasion 2013 a commencé

Dernière mise à jour le jeudi 11 juillet 2013

Article paru
sur le site "Le Figaro Nautisme" - 10 Juillet 2013
Visualiser l’article original


Pour le malheur des baigneurs et le bonheur des biologistes, l’année 2013 s’annonce riche en méduses et notamment en Pelagia noctiluca, l’espèce la plus urticante sur nos côtes. On en trouve en Atlantique comme en Méditerranée mais ce sont sur les plages de cette dernière qu’elles sont les plus nombreuses. Ce mercredi, les méduses ont été repérées au cap d’Ail et sur la côte entre Cagnes-sur-Mer et Antibes, mais aussi à Ramatuelle, au Cap Nègre ou à Cassis, sachant que les plages sont de plus en plus équipées de filets. « Nous sommes effectivement bien partis pour en avoir beaucoup cet été, confirme la biologiste Delphine Thibault-Botha, de l’institut méditerranéen d’océanologie. Comme en 2009, une forte année pour les méduses, nous avons eu un printemps humide. Il était même pire en 2009. Est-ce que cela veut dire qu’il y aura plus de Pelagia cette année ? » Les Pelagia noctiluca se reproduisent lorsqu’elles sont en situation de stress et les scientifiques cherchent à comprendre si une différence de salinité, due à de fortes pluies, pourrait déclencher le phénomène de reproduction. C’est un grand tourbillon, entre la Corse et la Côte d’Azur, qui abrite leur zone de reproduction principale, puis elles sont entraînées par le courant du nord ou liguro-provençal, qui va de l’Italie à l’Espagne. Au final, c’est l’action de différents petits courants vers la côte qui jouera sur leur présence sur nos plages.

« Les méduses sont des animaux qui vivent au large, rappelle la biologiste. En effet, ces gélatineux ont besoin de descendre à 300/400 mètres de profondeur en journée et ils ne remontent que la nuit. Donc si les méduses arrivent sur nos plages c’est qu’elles ont quitté leur habitat classique, entrainées par des petits courants qui les ramènent à la côte. Elles sont incapables de lutter. Quand les méduses arrivent, elles sont fatiguées et meurent rapidement. » Juste le temps pour elles de piquer les baigneurs ! « Toutes les méduses ont du venin car il leur sert à anesthésier leurs proies, rappelle Delphine Thibault-Botha. Même les gros globes blanchâtres qu’on retrouve sur les plages bretonnes. Mais l’homme n’est pas sensible à tous les venins. »

La pollution ne les fait pas fuir
Difficile de savoir si les méduses sont plus nombreuses ces dernières années sur nos côtes, faute de pouvoir les recenser. On peut toutefois se référer au chiffres des pompiers qui ont consacré la moitié de leurs 10.000 interventions aux piqûres en 2011, dans les Alpes-Maritimes. Cependant, il est certain que la surpêche agit sur leur nombre en raréfiant leurs prédateurs comme les thons ou les saumons. « Quant à la pollution, je crois que nous prenons le problème à l’envers, précise Delphine Thibault-Botha. Ce qui est certain c’est qu’elles tolèrent la pollution au contraire des poissons, par exemple. » Et comme elles ne se déplacent qu’à la verticale, des profondeurs vers la surface, les méduses ne peuvent pas quitter les zones de pollution. « On va donc avoir l’impression qu’elles aiment la pollution car il n’y aura pour ainsi dire plus qu’elles. »

Lire l’arti_cle complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP