Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Mesures océanographiques. Un voilier robot intelligent

Mesures océanographiques. Un voilier robot intelligent

Dernière mise à jour le mardi 29 novembre 2011

Article paru sur le site "Le Télégramme" - Vendredi 25 Novembre 2011
Visualiser l’article original



Mesures océanographiques. Un voilier robot intelligent

Il est petit mais intelligent. Le voilier robot Vaimos doit normalement quitter Brest le 1erdécembre et effectuer cent milles marins en prenant des mesures océanographiques.

Olivier Ménage travaillait depuis dix ans à Ifremer sur les systèmes avant de suivre une formation continue pour devenir ingénieur à l’Ensta-Brest (École nationale des techniques avancées). Là, il s’aperçoit que des élèves ont travaillé sur des petits prototypes de voiliers robotisés, en vue de participer à une micro-transat. OlivierMénage se dit que l’idée de voilier autonome pourrait être couplée à des mesures. Il est soutenu par son labo d’origine, le LPO (laboratoire de physique des océans). Cela devient son projet de mémoire. Quatre à cinq personnes s’investissent. En mai dernier, le voilier est commencé. En juin, il touche l’eau de la rade.

3,65m de long

Le Vaimos (Voilier autonome instrumenté de mesures océanographiques de surface) mesure 3,65m de long pour un mât de 5m. C’est une coque Mini J, le type de bateau utilisé par Handi-Voile. « Nous avons travaillé sur un gréement à balestron, ce qui permet d’avoir un seul moteur pour régler toutes les voiles », explique Olivier Ménage. L’autre effort particulier a porté sur les algorithmes de navigation, développés à l’Ensta. Côté capteurs, Vaimos a bénéficié de l’expérience d’Ifremer. Le bateau mesure, alternativement, à 5 à 10cm de profondeur, et à 1m en bas de la quille, la température de l’eau, la salinité, l’oxygène, la turbidité et la chlorophylle. Le voilier à double coque, inchavirable et insubmersible, a été testé pour l’instant jusqu’à vingt noeuds établis. Il n’a, jusqu’ici, parcouru au maximum qu’une petite dizaine de milles.

Video (2’55")

Tenter les 100 milles

Le 1er décembre, il doit partir, temps permettant, pour 100 milles, aller jusqu’à la baie de Douarnenez, quadriller et revenir à Brest, le 2 décembre, en effectuant des mesures. Les scientifiques seront à proximité, dans un autre bateau. Pour l’avenir, en cas de déploiement en haute mer, ses concepteurs travaillent à le doter d’un récepteur AIS (Automatic identification system), pour éviter les collisions.

Développements espérés

Le faible coût d’un tel voilier, l’utilisation du vent et de l’énergie solaire font partie des arguments du projet. Olivier Ménage imagine de possibles applications pour des mesures océanographiques mais aussi de l’hydrographie, de l’écoute passive et de la recalibration de satellites. Il a aussi le sentiment que Vaimos n’est pas en retard sur les autres recherches menées dans le monde.

Vincent Durupt



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP