Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

22 janvier : Pêche à pied. À Dinard, c’est le homard !21 janvier : Brexit. Brittany Ferries signe un contrat à 50 M€ avec le Royaume-Uni 19 janvier : Bezhin Breizh. Macroalgue sous serre : un projet pilote à 20 M€ 18 janvier : Pêche. Tellineur, un métier menacé17 janvier : Sarzeau. La spiruline marine dope ses projets 15 janvier : Brexit. Brittany Ferries signe un contrat à 50 M€ avec le Royaume-Uni 14 janvier : Innovation. À bord du premier ferry autonome du monde 12 janvier : Innovation. Une lampe frontale pour surfer de nuit11 janvier : Lorient. Dix tonnes de merlu saisies au port de Lorient-Kéroman 10 janvier : Une méduse serait immortelle !9 janvier : Manche : les gendarmes contrôlent les pêcheurs à pied, trois infractions relevées8 janvier : Port-en-Bessin. Une vedette SNSM plus grande en attendant une neuve d’ici 20247 janvier : Pêche plaisance. Les quatre départements bretons réunis 5 janvier : Groix. Un rorqual de 16,50 m échoué sur les rochers4 janvier : Plouézec. Les trois apnéistes avaient pêché illicitement 398 coquilles Saint-Jacques 3 janvier : Baleine. Le Japon va reprendre ouvertement la pêche commerciale 2 janvier : Madagascar : à la découverte du premier caviar africainDécembre 2018 : Pêche. Tellineur, un métier menacéDécembre 2018 : Coquilles. À bord de l’Eter VagDécembre 2018 : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 1900Décembre 2018 : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ansDécembre 2018 : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique
Accueil > Actualités de la mer > Moule perlière. « Le pari est gagné en Bretagne »

Moule perlière. « Le pari est gagné en Bretagne »

Dernière mise à jour le jeudi 7 juillet 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 27 Juin 2016
Visualiser l’article original


La moule perlière a bien failli disparaître.
Depuis 2012, la station d’élevage de Brasparts recueille les larves, les élève puis les relâche dans six cours d’eau de Bretagne et de Normandie.
Aujourd’hui, si le pari de conservation est gagné, il reste à travailler à la restauration des cours d’eau.

La moule perlière, les amateurs d’histoire la connaissent.
Il est vrai que François Ie r et Marie de Médicis étaient friands de perles, à tel point que l’homme de Marignan en avait une au centimètre carré sur ses habits... « Pourtant, il faut savoir qu’une seule mulette sur 1.000 contient une perle ! », nuance Pierre-Yves Pasco, salarié de Bretagne Vivante.
« On a des témoignages, jusqu’en 1940, de pêcheurs de perles mais, à cette époque, les mulettes (autre nom de la moule perlière, NDLR), ils en pêchaient par milliers ! ».
Un « programme de la dernière chance »

Ce n’est plus le cas, désormais.
Car la moule d’eau douce a bien failli disparaître des cours d’eau, ces dernières années. « C’est une espèce parapluie, concède Pierrick Dury, responsable de la station d’élevage de Brasparts.
Comme les loutres, les saumons atlantiques, elle est très sensible à la qualité de l’eau ». « Il y avait urgence à agir », continue Pierre-Yves Pasco. « Nous avons été contactés par Bretagne Vivante en 2009, précise Pierre Péron, président de la Fédération du Finistère pour la pêche et la protection du milieu aquatique.
L’année suivante, Life + était lancé ». Ce programme européen, d’une durée de six ans, appelé « programme de la dernière chance », visait à la conservation de l’espèce dans le Massif armoricain.

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP