Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Ostréiculteurs au creux de la deuxième vague

Ostréiculteurs au creux de la deuxième vague

Dernière mise à jour le mercredi 1er avril 2020

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 31 Mars 2020
Visualiser l’article original


Virus de la gastro en début d’année. Confinement et courses de « premières nécessités » depuis trois semaines. Les ostréiculteurs sont dans le dur mais espèrent une lueur à Pâques..
Avec la fermeture des restaurants à l’échelle nationale, c’est plus de 50 % des huîtres habituellement écoulées dans le secteur qui ne trouvent plus preneurs. Thierry Larnicol (Kéraliou à Plougastel) alimente encore quelques tables parisiennes mais les ventes ont chuté de 80 %. Les supermarchés ont aussi largement diminué la toile avec, pour certains, des poissonneries encore ouvertes mais très peu d’huîtres à la vente. « C’est vrai qu’on se voit mal acheter sa bourriche actuellement au supermarché », reconnaît Thierry Larnicol, qui s’efforce de proposer à la commande des produits frais. « La vente sur le lieu de production continue », précise Yvon Madec à Lannilis (Prat-ar-Coum) qui propose une ouverture tous les matins de la semaine. « Et on voit encore du monde… La preuve que les huîtres font partie des aliments de première nécessité », complète-t-il non sans humour, même s’il doit laisser actuellement à la maison un tiers de ses 20 salariés.
Les Chinois s’y remettent

Si la commercialisation des coquillages et des fruits de mer s’est effondrée depuis trois semaines, les huîtres ne sont pas perdues pour autant. « Elles restent sur les parcs et continuent de grossir », observe Jean-Luc Le Gall de Plougastel (Porz al Lorc’h). Pas de perte spécifique, si ce n’est des huîtres qui se vendront un peu moins cher à mesure que le calibre va augmenter. Mais ce qui est perdu est perdu dans les métiers de bouche. « Et on ne rattrapera pas les ventes qui ne sont pas faites », déplore Thierry Larnicol obligé de passer de quatorze à trois salariés. « En plus des restaurateurs qui ont fermé, nos principaux clients à l’export se trouvent en Italie et en Espagne ! ». À l’inverse, à Prat-ar-Coum, l’exportation des huîtres vers Hongkong et la Chine vient de redémarrer.

Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP