Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

19 janvier : Bezhin Breizh. Macroalgue sous serre : un projet pilote à 20 M€ 18 janvier : Pêche. Tellineur, un métier menacé17 janvier : Sarzeau. La spiruline marine dope ses projets 15 janvier : Brexit. Brittany Ferries signe un contrat à 50 M€ avec le Royaume-Uni 14 janvier : Innovation. À bord du premier ferry autonome du monde 12 janvier : Innovation. Une lampe frontale pour surfer de nuit11 janvier : Lorient. Dix tonnes de merlu saisies au port de Lorient-Kéroman 10 janvier : Une méduse serait immortelle !9 janvier : Manche : les gendarmes contrôlent les pêcheurs à pied, trois infractions relevées8 janvier : Port-en-Bessin. Une vedette SNSM plus grande en attendant une neuve d’ici 20247 janvier : Pêche plaisance. Les quatre départements bretons réunis 5 janvier : Groix. Un rorqual de 16,50 m échoué sur les rochers4 janvier : Plouézec. Les trois apnéistes avaient pêché illicitement 398 coquilles Saint-Jacques 3 janvier : Baleine. Le Japon va reprendre ouvertement la pêche commerciale 2 janvier : Madagascar : à la découverte du premier caviar africainDécembre 2018 : Pêche. Tellineur, un métier menacéDécembre 2018 : Coquilles. À bord de l’Eter VagDécembre 2018 : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 1900Décembre 2018 : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ansDécembre 2018 : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique Décembre 2018 : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault Décembre 2018 : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes
Accueil > Actualités de la mer > Parc marin. La récolte d’algues inquiète

Parc marin. La récolte d’algues inquiète

Dernière mise à jour le jeudi 11 avril 2013

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 11 Avril 2013
Visualiser l’article original


ans un courrier en date du 8 février, Raymond Mellaza, maire de Lanildut, et Didier Le Gac, maire de Lampaul-Plouarzel, ont interpellé Pierre Maille, président du parc marin d’Iroise, sur la question de la récolte de l’algue hyperboréa. « Maires de communes littorales dont les développements respectifs ont toujours été étroitement liés à l’exploitation de la ressource maritime, quelle que soit sa forme ? poissons, crustacés, goémons, sable, etc. ? nous souhaitons aujourd’hui attirer votre attention sur les conséquences prévisibles d’une récolte trop importante de l’algue "laminaria hyperborea" », disent les deux élus.

Expérimentée depuis 15 ans

« Nous craignons, en effet, que cette pêche ne vienne mettre à mal l’équilibre déjà fragile des différents usages de la mer d’Iroise. Ainsi, contactés récemment par les agents du parc marin, dans le cadre d’une démarche de concertation que nous saluons par ailleurs, nous avons appris que la récolte allait considérablement augmenter dans les mois à venir (elle devrait passer de 10.000 à 30.000 tonnes, NDLR). « La récolte, qui se fait à l’aide d’un peigne tracté sur le fond, est toujours autorisée, à ce jour, à un seul stade expérimental, et normalement soumise à dérogation. Tant que l’impact de cette expérimentation n’aura pas été évalué, nous nous étonnons que les tonnages annuels de cette récolte puissent être augmentés de la sorte. Nous craignons que cette méthode du peigne cause des dommages irréversibles. « Nous pensons que ce dossier doit être emblématique de la démarche de concertation qui anime votre conseil de gestion où tous les usagers de la mer d’Iroise sont représentés. Des propositions pourraient être formulées à l’attention des professionnels de cette pêche : respect des périodes de reproduction, identification des bateaux dans les zones, et secteurs autorisés, débarquement surveillé, sanctuarisation de plusieurs secteurs... ».

Inquiets pour l’emploi

La récolte de l’algue hyperboréa est, en effet, effectuée au coeur de l’aire marine protégée. « Nous ne sommes pas contre la récolte de cette algue, poursuit Jean-François Rocher, maire de Molène, car les goémoniers doivent travailler. Mais nous nous inquiétons : dans 20 ans, les pêcheurs vont nous dire qu’il n’y a plus rien à pêcher. Il ne faut pas concentrer la récolte de cette algue uniquement sur la côte nord. La méthode du peigne norvégien n’est pas adaptée à nos fonds marins. Le croc retourne des blocs de plusieurs tonnes. Il n’y a plus d’habitat pour la faune. C’est une expérimentation qui dure, avec des engins plus gros qu’initialement. Les goémoniers ont amélioré le matériel mais il faut une autre méthode de récolte ».

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP