Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

19 janvier : Bezhin Breizh. Macroalgue sous serre : un projet pilote à 20 M€ 18 janvier : Pêche. Tellineur, un métier menacé17 janvier : Sarzeau. La spiruline marine dope ses projets 15 janvier : Brexit. Brittany Ferries signe un contrat à 50 M€ avec le Royaume-Uni 14 janvier : Innovation. À bord du premier ferry autonome du monde 12 janvier : Innovation. Une lampe frontale pour surfer de nuit11 janvier : Lorient. Dix tonnes de merlu saisies au port de Lorient-Kéroman 10 janvier : Une méduse serait immortelle !9 janvier : Manche : les gendarmes contrôlent les pêcheurs à pied, trois infractions relevées8 janvier : Port-en-Bessin. Une vedette SNSM plus grande en attendant une neuve d’ici 20247 janvier : Pêche plaisance. Les quatre départements bretons réunis 5 janvier : Groix. Un rorqual de 16,50 m échoué sur les rochers4 janvier : Plouézec. Les trois apnéistes avaient pêché illicitement 398 coquilles Saint-Jacques 3 janvier : Baleine. Le Japon va reprendre ouvertement la pêche commerciale 2 janvier : Madagascar : à la découverte du premier caviar africainDécembre 2018 : Pêche. Tellineur, un métier menacéDécembre 2018 : Coquilles. À bord de l’Eter VagDécembre 2018 : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 1900Décembre 2018 : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ansDécembre 2018 : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique Décembre 2018 : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault Décembre 2018 : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes Décembre 2018 : #AlertePollution Décembre 2018 : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques
Accueil > Actualités de la mer > Pêche au bar. "Ligneurs, pas pilleurs"

Pêche au bar. "Ligneurs, pas pilleurs"

Dernière mise à jour le lundi 23 novembre 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 17 novembre 2015
Visualiser l’article original


Que pensez-vous de cette interdiction de pêche et de la réduction du nombre de captures ?
Le bar, c’est 100 % de mon chiffre d’affaires. On ne peut pas nous empêcher de travailler. On peut interdire pendant la période de reproduction, en février-mars, mais sur six mois, c’est énorme ! On ne travaille que d’avril à octobre. Comment s’en sortir ? Les mois d’avril à juillet sont les plus favorables pour notre technique de pêche. Nous pêchons le bar sous le bateau, à la ligne ou la canne à pêche. Ils veulent limiter à 1 t par mois ; je suis à 2 t ou 3 t par mois dans les meilleurs mois. Les poissons passent, on les prend un par un, ceux qui font moins de 42 cm, on les remet à l’eau.

Avez-vous constaté une baisse de la ressource ?
En cinq ans d’activité, il y a beaucoup moins de bars. En 50 ans, il y a eu une diminution très rapide. On l’a signalé à Ifremer qui nous indique que le poisson peut être ailleurs. Cela serait dû aux changements climatiques, à la nourriture... Beaucoup de choses sont prises en compte. Nous travaillons dans les endroits stratégiques où le poisson se nourrit. Mais, au bout d’un an, on voit qu’il n’est plus là. L’espèce bouge et cherche sa nourriture, en petits ou grands bancs. On ne peut pas dire qu’il y en a plus, ce n’est pas vrai. On en débarque encore beaucoup. Dans certaines zones, il est inexistant. Il y a encore quelques spots comme le Raz de Sein ou Armen mais nous sommes obligés de prendre quantité de risques pour aller le chercher.

Qu’est-ce que cela va changer dans votre quotidien ?
S’ils mettent en place ce moratoire, il n’y aura plus de ligneur.

.../...

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP