Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

19 janvier : Bezhin Breizh. Macroalgue sous serre : un projet pilote à 20 M€ 18 janvier : Pêche. Tellineur, un métier menacé17 janvier : Sarzeau. La spiruline marine dope ses projets 15 janvier : Brexit. Brittany Ferries signe un contrat à 50 M€ avec le Royaume-Uni 14 janvier : Innovation. À bord du premier ferry autonome du monde 12 janvier : Innovation. Une lampe frontale pour surfer de nuit11 janvier : Lorient. Dix tonnes de merlu saisies au port de Lorient-Kéroman 10 janvier : Une méduse serait immortelle !9 janvier : Manche : les gendarmes contrôlent les pêcheurs à pied, trois infractions relevées8 janvier : Port-en-Bessin. Une vedette SNSM plus grande en attendant une neuve d’ici 20247 janvier : Pêche plaisance. Les quatre départements bretons réunis 5 janvier : Groix. Un rorqual de 16,50 m échoué sur les rochers4 janvier : Plouézec. Les trois apnéistes avaient pêché illicitement 398 coquilles Saint-Jacques 3 janvier : Baleine. Le Japon va reprendre ouvertement la pêche commerciale 2 janvier : Madagascar : à la découverte du premier caviar africainDécembre 2018 : Pêche. Tellineur, un métier menacéDécembre 2018 : Coquilles. À bord de l’Eter VagDécembre 2018 : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 1900Décembre 2018 : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ansDécembre 2018 : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique Décembre 2018 : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault Décembre 2018 : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes
Accueil > Actualités de la mer > Pêche en eau profonde : le Parlement demande plus de sérieux

Pêche en eau profonde : le Parlement demande plus de sérieux

Dernière mise à jour le samedi 20 avril 2013

Article paru
sur le site "Euractiive" - 18 Avril 2013
Visualiser l’article original


Les opposants à l’interdiction de la pêche en eaux profondes viennent de marquer un point. Le président de la commission Pêche du Parlement européen, l’Espagnol Gabriel Mato Adrover (PPE) a demandé, mercredi 17 avril, à la commissaire européenne, Maria Damanaki, de revoir son étude d’impact, en particulier au niveau socio-économique. Interdiction totale sous deux ans « Quand on demande à la Commission les conséquences d’une interdiction, elle nous répond que seul 1 % de la flotte européenne est concernée. Or, elle oublie complètement que ces bateaux sont concentrés dans quelques ports », explique l’eurodéputée socialiste Isabelle Thomas. Pour Alain Cadec (PPE/UMP), « la commissaire a voulu aller trop vite. Des vieux chiffres ont été utilisés et elle n’a pas attendu la publication d’une étude importante, sur l’état des stocks ». En juillet 2012, l’exécutif européen a proposé de bannir purement et simplement, d’ici deux ans, la pratique de la pêche au chalut de fonds, considérée comme extrêmement destructrices pour les écosystèmes marins. Pour comprendre tout l’enjeu du dossier, lire Pêche en eau profonde : une négociation à couteaux tirés De nouvelles auditions La France serait le pays le plus touché par cette nouvelle réglementation et s’oppose depuis longtemps à une approche aussi catégorique. « Ce que nous défendons, c’est une délimitation claire des zones de pêche en eau profonde », explique Alain Cadec. « N’utiliser que les espaces qui ont déjà été chalutés et protéger les autres ». Autre point de frictions, les auditions d’experts et de parties prenantes. Les premières ont eu lieu en février et ont été jugées trop favorables aux partisans de l’interdiction, sans laisser la parole aux pêcheurs. Mme Thomas est particulièrement véhémente contre la présence de Claire Nouvian - la présidente de l’association Bloom - en tant qu’experte, alors que son ONG milite depuis des années contre la pêche en eaux profondes.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP