Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Pêche : le cercle vertueu

Pêche : le cercle vertueu

Dernière mise à jour le mardi 14 juillet 2020

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 13 Juillet 2020
Visualiser l’article original :


Dans l’Atlantique Nord-Est, la surpêche a considérablement reculé depuis 15 ans grâce aux décisions prises à Bruxelles et mises en œuvre par les pêcheurs. Résultat : la rentabilité de leur activité atteint des sommets.

Ce n’est pas tous les jours que les voyants sont au vert sur les fronts, à la fois, de l’écologie et de l’économie. C’est pourtant ce que révèle un rapport récemment publié par la Commission européenne sur « l’état de lieux de la pêche dans l’Union européenne ». On y apprend qu’en 2018, il nageait moitié plus de poissons dans l’Atlantique du Nord-Est que 15 ans plus tôt ! Cette vaste zone qui va de Gibraltar, au Sud, à l’Islande, au Nord, et du milieu de l’Atlantique, à l’Ouest, aux portes de la Baltique et au milieu de la Méditerranée, à l’Est, couvre l’essentiel des eaux régies par la politique européenne de la pêche. La proportion de stocks surpêchés y a chuté pendant cette période de 71 % à 38 %, des problèmes persistant pour « les stocks gérés conjointement avec des pays tiers ».

Conséquence : les bénéfices ont augmenté, car les navires pêchent plus, tout en passant moins de jours en mer. Dans les « eaux du Nord-Ouest » de l’Union européenne, qui englobent la Manche, la Mer celtique, la mer d’Irlande et la partie de l’Atlantique à l’Ouest de l’Irlande, les pêcheurs principalement irlandais, britanniques et français ont réalisé en 2017 un bénéfice net de 15 euros, pour 100 euros de poisson débarqué. Les 5 664 navires de la région avaient ramené 1,09 million de tonnes de poisson (5 % de plus qu’en 2016), pour un chiffre d’affaires de 1,57 milliard € et un bénéfice de 259 millions. Dans les « eaux du Sud-Ouest » de l’Union (au Sud du 48e parallèle), le taux de profit est de 12 %. Il dépasse 20 % en mer du Nord et dans l’est de l’Arctique. Cette tendance s’est confirmée, jusqu’à l’arrivée du coronavirus en 2020.
Paris plaide pour la généralisation des plans pluriannuels

L’amélioration des stocks et la gestion stricte des droits de pêche ont créé un cercle vertueux qui devrait se poursuivre. En 2020, « 99 % des débarquements en mer Baltique, en mer du Nord et dans l’Atlantique gérés exclusivement par l’Union devraient provenir de pêcheries gérées de manière durable », indique le Commissaire Sinkevicius. Et d’ajouter « l’impact positif de la politique commune des pêches sur l’environnement marin est indiscutable, grâce aux efforts des pêcheurs et des pêcheuses ».

Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP