Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

19 janvier : Bezhin Breizh. Macroalgue sous serre : un projet pilote à 20 M€ 18 janvier : Pêche. Tellineur, un métier menacé17 janvier : Sarzeau. La spiruline marine dope ses projets 15 janvier : Brexit. Brittany Ferries signe un contrat à 50 M€ avec le Royaume-Uni 14 janvier : Innovation. À bord du premier ferry autonome du monde 12 janvier : Innovation. Une lampe frontale pour surfer de nuit11 janvier : Lorient. Dix tonnes de merlu saisies au port de Lorient-Kéroman 10 janvier : Une méduse serait immortelle !9 janvier : Manche : les gendarmes contrôlent les pêcheurs à pied, trois infractions relevées8 janvier : Port-en-Bessin. Une vedette SNSM plus grande en attendant une neuve d’ici 20247 janvier : Pêche plaisance. Les quatre départements bretons réunis 5 janvier : Groix. Un rorqual de 16,50 m échoué sur les rochers4 janvier : Plouézec. Les trois apnéistes avaient pêché illicitement 398 coquilles Saint-Jacques 3 janvier : Baleine. Le Japon va reprendre ouvertement la pêche commerciale 2 janvier : Madagascar : à la découverte du premier caviar africainDécembre 2018 : Pêche. Tellineur, un métier menacéDécembre 2018 : Coquilles. À bord de l’Eter VagDécembre 2018 : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 1900Décembre 2018 : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ansDécembre 2018 : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique Décembre 2018 : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault Décembre 2018 : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes Décembre 2018 : #AlertePollution
Accueil > Actualités de la mer > Planète océans

Planète océans

Dernière mise à jour le mardi 4 décembre 2012

Article paru
sur le site "Le Point" - samedi 01 dècembre 2012
Visualiser l’article original


Yann Arthus-Bertrand poursuit son inventaire d’un monde écologiquement déboussolé avec Planète Océan, un film qui montre l’extraordinaire richesse biologique des mers et leur contribution à d’immenses équilibres désormais menacés par un homme déraisonnable et avide. Son nouvel opus reprend sa marque de fabrique - des vues aériennes renouvelant les perspectives - et intègre des images sous-marines. "Nous avons essayé de mélanger le film aérien et des images sous-marines de spécialistes australiens, américains, chiliens ou encore sud-africains", a expliqué le réalisateur et photographe lors d’une projection.

"C’est un film militant où l’on dit des choses difficiles", prévient-il. Coréalisé avec Michael Pitiot, le documentaire sera diffusé gratuitement dans certaines salles en France (musées, réseau associatif) et à l’étranger, sur France 2 fin décembre et vendu en DVD dans les prochains jours. En résumé : les océans, qui recouvrent les deux tiers de la planète, permettent à l’homme de se nourrir et de commercer à une échelle inédite (600 millions de conteneurs dans le monde). Ils sont au coeur du fonctionnement climatique.
"Sacrifiées pour rien"

En retour, les hommes les polluent et puisent tellement dans les stocks de poissons (80 % des espèces sont surpêchées) que leur renouvellement n’est plus assuré. Le risque ? Que des équilibres millénaires soient définitivement rompus. Des images de récifs coralliens en Indonésie révèlent par exemple l’un des écosystèmes les plus denses, peuplé d’organismes microscopiques et de poissons aux couleurs et formes stupéfiantes.

Dans cet environnement, les grands mangent les plus petits comme dans toute chaîne alimentaire, mais de subtils équilibres existent : les prédations sont limitées et permettent à chaque espèce de se maintenir. Or, le "super-prédateur" qu’est l’homme ne semble pas avoir de limites dans sa razzia. "Les chaluts de haute mer ont tout changé", commente Yann Arthus-Bertrand. Ces filets de bateaux-usines ratissent littéralement les fonds marins. Les équipages gardent les espèces ayant un intérêt commercial, rejetant les autres, "sacrifiées pour rien".
"Ne nous résignons pas !"
Yann Arthus-Bertrand poursuit son inventaire d’un monde écologiquement déboussolé avec Planète Océan, un film qui montre l’extraordinaire richesse biologique des mers et leur contribution à d’immenses équilibres désormais menacés par un homme déraisonnable et avide. Son nouvel opus reprend sa marque de fabrique - des vues aériennes renouvelant les perspectives - et intègre des images sous-marines. "Nous avons essayé de mélanger le film aérien et des images sous-marines de spécialistes australiens, américains, chiliens ou encore sud-africains", a expliqué le réalisateur et photographe lors d’une projection.

"C’est un film militant où l’on dit des choses difficiles", prévient-il. Coréalisé avec Michael Pitiot, le documentaire sera diffusé gratuitement dans certaines salles en France (musées, réseau associatif) et à l’étranger, sur France 2 fin décembre et vendu en DVD dans les prochains jours. En résumé : les océans, qui recouvrent les deux tiers de la planète, permettent à l’homme de se nourrir et de commercer à une échelle inédite (600 millions de conteneurs dans le monde). Ils sont au coeur du fonctionnement climatique.
"Sacrifiées pour rien"

En retour, les hommes les polluent et puisent tellement dans les stocks de poissons (80 % des espèces sont surpêchées) que leur renouvellement n’est plus assuré. Le risque ? Que des équilibres millénaires soient définitivement rompus. Des images de récifs coralliens en Indonésie révèlent par exemple l’un des écosystèmes les plus denses, peuplé d’organismes microscopiques et de poissons aux couleurs et formes stupéfiantes.

Dans cet environnement, les grands mangent les plus petits comme dans toute chaîne alimentaire, mais de subtils équilibres existent : les prédations sont limitées et permettent à chaque espèce de se maintenir. Or, le "super-prédateur" qu’est l’homme ne semble pas avoir de limites dans sa razzia. "Les chaluts de haute mer ont tout changé", commente Yann Arthus-Bertrand. Ces filets de bateaux-usines ratissent littéralement les fonds marins. Les équipages gardent les espèces ayant un intérêt commercial, rejetant les autres, "sacrifiées pour rien".
"Ne nous résignons pas !"
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP