Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Premier bilan de la Campagne de marquage de bars en mer d’Iroise

Premier bilan de la Campagne de marquage de bars en mer d’Iroise

Dernière mise à jour le lundi 30 mai 2011

Article paru sur le site "Actualité News Environnement" - Lundi 23 Mai 2011
Visualiser l’article original



Premier bilan de la Campagne de marquage de bars en mer d’Iroise

Menée en Août et septembre 2010 sous l’égide de l’Ifremer et le parc naturel d’Iroise, le marquage de bars a démontré des résultats assez surprenants.

Cette campagne a été menée en vue de mieux connaître cette espèce et de comprendre les déplacements individuels du bar et les échanges entre populations, notamment celles de la Manche et du golfe de Gascogne, peut on lire dans un communiqué de presse.

Le bar n’est pas une espèce sous quota de la Communauté européenne. Il ne fait donc pas l’objet d’un suivi aussi rigoureux que d’autres poissons et son comportement est encore assez mystérieux. On en sait désormais un peu plus grâce à l’opération lancée par le Parc marin d’Iroise et Ifremer, avec la mise en oeuvre d’un marquage électronique digne d’une salle d’opération de l’hôpital de La Cavale Blanche.

Ainsi, deux types de marquage électronique ont été testés lors des opérations conduites : le marquage acoustique et le marquage archive, premières expériences de ce genre en France sur cette espèce dans son milieu.

Le poisson est pêché en mer, aussitôt anesthésié avec assistance respiratoire par un tuyau, incisé au niveau de l’abdomen où on introduit une petite balise électronique, recousu, marqué extérieurement et remis à l’eau. En reprenant ses esprits, il se dit probablement qu’il a dû manger quelque chose qui n’est pas bien passé et retourne à ses occupations, sans savoir que sa vie privée ne le sera plus tout à fait.

Des marques ont d’ores et déjà été récupérées (à Omaha beach en Basse-Normandie et dans le golfe de Gascogne) et des résultats inédits obtenus. Ils montrent que la mer d’Iroise est un habitat essentiel pour le bar : des adultes peuvent y séjourner plusieurs mois. Des migrations sont également observées tant vers les frayères du nord (Manche) que du sud (golfe de Gascogne).

Par ailleurs, de nouvelles captures sont attendues lors de la saison estivale à venir. L’Ifremer et le Parc marin appellent pêcheurs professionnels et de loisir à ramener les poissons marqués, et ce sans limitation de durée, peut on lire dans le communiqué de presse.

L’expérience est sans limitation de durée. L’information est d’autant plus intéressante que le poisson a vécu longtemps entre son marquage et sa capture. Tout poisson retourné fera l’objet du versement d’une récompense quelle que soit la date de la capture, y compris plusieurs années après le marquage.

Par ailleurs, une récompense de 100 euros sera attribuée pour le retour d’un bar entier avec sa marque externe en place, la marque électronique associée et les informations sur la capture. Une récompense supplémentaire de 1 000 euros sera attribuée à l’un des participants par tirage au sort.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP