Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Près de la moitié du poisson consommé dans le monde issu de l’aquaculture

Près de la moitié du poisson consommé dans le monde issu de l’aquaculture

Dernière mise à jour le mercredi 16 novembre 2011

Article paru sur le site "Univers-nature.com" - Vendredi 11 Novembre 2011
Visualiser l’article original



Près de la moitié du poisson consommé dans le monde issu de l’aquaculture

Source de protéines animales dont la croissance est la plus forte à l’échelle mondiale, l’aquaculture fournit actuellement près de la moitié du poisson consommé dans le monde, d’après un récent rapport de la FAO (1). Ainsi, entre 2000 et 2008, la production mondiale de poissons issus de l’aquaculture a augmenté de plus de 60 %, passant de 32,4 à 52,5 millions de tonnes. Néanmoins, on observe des disparités en termes de niveaux de production et de composition des espèces et des systèmes agricoles, entre et au sein des régions du monde. Représentant 89,1 % de la production mondiale en 2008, la région Asie-Pacifique concentre, à elle seule, 11 des 15 principaux pays producteurs de l’aquaculture. Sans surprise, la Chine est en tête de file (62, 3 %).

En matière de systèmes d’élevage, les systèmes intensifs se rencontrent principalement en Amérique du Nord et dans les pays producteurs d’Europe et d’Amérique latine. A l’inverse, la petite production commerciale reste le système le plus fréquemment appliqué dans la région Asie-Pacifique. Selon le rapport, les petits producteurs et les petites et moyennes entreprises sont également bien implantés en Afrique. Par ailleurs, bien qu’elle privilégie la production industrielle, l’Amérique latine présente également un « fort potentiel » pour le développement de la production à petite échelle.

Si, d’après la FAO, l’aquaculture a permis de réduire la pauvreté mondiale et de faire face à une demande toujours croissante, elle appelle, toutefois, au respect de certaines pratiques. De fait, outre l’usage parfois massif de médicaments (antibiotiques etc.), l’écosystème dans lequel sont introduites les fermes aquacoles n’est pas toujours respecté. Dès lors, pour que l’aquaculture perdure en tant que bon compromis face à l’épuisement des ressources halieutiques, elle a à relever des défis en termes de traçabilité, de sécurité alimentaire, d’adaptation aux changements climatiques et de crise économique.

Cécile Cassier

1- Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. Le présent rapport s’intitule « Etat de l’aquaculture dans le monde 2010 ».



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP