Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

19 janvier : Bezhin Breizh. Macroalgue sous serre : un projet pilote à 20 M€ 18 janvier : Pêche. Tellineur, un métier menacé17 janvier : Sarzeau. La spiruline marine dope ses projets 15 janvier : Brexit. Brittany Ferries signe un contrat à 50 M€ avec le Royaume-Uni 14 janvier : Innovation. À bord du premier ferry autonome du monde 12 janvier : Innovation. Une lampe frontale pour surfer de nuit11 janvier : Lorient. Dix tonnes de merlu saisies au port de Lorient-Kéroman 10 janvier : Une méduse serait immortelle !9 janvier : Manche : les gendarmes contrôlent les pêcheurs à pied, trois infractions relevées8 janvier : Port-en-Bessin. Une vedette SNSM plus grande en attendant une neuve d’ici 20247 janvier : Pêche plaisance. Les quatre départements bretons réunis 5 janvier : Groix. Un rorqual de 16,50 m échoué sur les rochers4 janvier : Plouézec. Les trois apnéistes avaient pêché illicitement 398 coquilles Saint-Jacques 3 janvier : Baleine. Le Japon va reprendre ouvertement la pêche commerciale 2 janvier : Madagascar : à la découverte du premier caviar africainDécembre 2018 : Pêche. Tellineur, un métier menacéDécembre 2018 : Coquilles. À bord de l’Eter VagDécembre 2018 : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 1900Décembre 2018 : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ansDécembre 2018 : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique Décembre 2018 : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault Décembre 2018 : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes Décembre 2018 : #AlertePollution Décembre 2018 : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques
Accueil > Actualités de la mer > Remettre la mer Méditerranée en "bon état" d’ici 2020, un défi (...)

Remettre la mer Méditerranée en "bon état" d’ici 2020, un défi écologique

Dernière mise à jour le lundi 9 juillet 2012

Article paru sur le site "Sciences et Avenir" - lundi 09 juillet 2012
Visualiser l’article original



Remettre la mer Méditerranée en "bon état" d’ici 2020, un défi écologique

Une Grande Bleue en "bon état écologique" en 2020 ? C’est l’ambition de l’Agence de l’eau et de la Direction interrégionale de la mer Méditerranée (DIRM), via un plan de 600 millions d’euros sur six ans, dont six pour mieux sensibiliser la population aux efforts à faire.

"La qualité écologique de la mer, c’est une nouvelle conquête. Notre travail, c’est de la faire sortir des laboratoires de recherche pour l’introduire dans les modes de gestion. On ne fait pas le bonheur de la Méditerranée sans les Méditerranéens", souligne Martin Guespereau, directeur de l’Agence de l’eau pour la région Rhône-Méditerranée et Corse.

Cette dernière vient d’annoncer son 10e programme d’intervention (2013-2018) en faveur de la Méditerranée occidentale, dont le budget de 600 millions d’euros marque une nette hausse (25% environ) par rapport aux précédents.

"On engagera désormais 100 millions d’euros par an pour préserver la mer, c’est une manne financière gigantesque", relève M. Guespereau. Ce programme étant la cheville ouvrière d’un plan d’action mis en place avec la DIRM pour répondre à une directive cadre européenne de juin 2008, qui prévoit un retour au "bon état écologique" du milieu marin au plus tard en 2020.

La première tâche a été de définir ce "bon état" - qualité de l’eau, analyse des chaînes alimentaires, préservation des fonds et de l’habitat sous-marins - par rapport à un "point zéro" correspondant à la situation actuelle.

"10% des +petits fonds+ (jusqu’à 20 mètres, ndlr), où poussent encore des herbiers, sont aujourd’hui détruits", indique par exemple M. Guespereau, les littoraux des Bouches-du-Rhône et des Alpes-Maritimes étant les plus touchés. Certains usages de la mer sont en cause, de l’ancre de plaisance qui arrache les herbiers de Posidonie, riches en biodiversité, au chalutage de fond.

La première des préoccupations concerne cependant les flux polluants, dont "80% sont d’origine terrestre", pointe Pierre-Yves Andrieu, directeur de la DIRM, et dont la stratégie de réduction absorbe 75% du budget du plan d’action.

80% des flux polluants d’origine terrestre

Une cartographie de la façade littorale méditerranéenne allant de Perpignan à Nice, établie en juin 2012, montre les apports importants du Rhône en polychlorobiphényles ou PCB, dont des traces ont pu être retrouvées dans la chair de merlus du golfe du Lion, ou les nombreux contaminants chimiques relevés dans les rades de Marseille et de Toulon, comme les dioxines, le plomb ou le tributylétain, utilisé pour le traitement des coques des navires.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP