Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Saint-Jacques. La coquille sous haute protection

Saint-Jacques. La coquille sous haute protection

Dernière mise à jour le samedi 4 novembre 2017

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 02 Novembre 2017
Visualiser l’article original


Depuis un mois, les gisements bretons de coquilles Saint-Jacques s’ouvrent à la pêche, les uns après les autres. Le prélèvement de ce savoureux bivalve reste strictement encadré afin d’en préserver les stocks.

1. Un produit saisonnier prisé. On l’oublie trop souvent, il en est des produits de la mer comme des fruits. Il faut attendre leur maturité pour les prélever. Pour la Saint-Jacques ou Pecten maximus, il s’agit de maturité sexuelle. Soit trois hivers sur les fonds marins en Manche ou dans l’Atlantique. Le mollusque hermaphrodite fait alors le bonheur des gastronomes qui l’apprécient avec (ou sans) le corail blanc crème et orangé qui n’est autre... qu’une glande génitale.

2. Limiter le temps de pêche. Les comités départementaux des pêches qui rassemblent les professionnels se penchent tous les ans sur la question avant de délivrer les licences. Au vu de la campagne précédente et de quelques prélèvements, ils fixent une date d’ouverture, ainsi que le nombre de jours, voire le nombre d’heures de pêche par secteur.

Le sujet est particulièrement sensible sur les gisements très sollicités et les moins productifs où la pêche cesse bien avant la date officielle du 14 mai. Au large de Morlaix, la campagne commencée le 2 octobre a déjà pris déjà fin. Idem sur le gisement de Perros (Lannion).

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP