Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Sélectivité. La réponse des pêcheurs à l’Europe

Sélectivité. La réponse des pêcheurs à l’Europe

Dernière mise à jour le mercredi 16 novembre 2011

Article paru sur le site "Le Télégramme" - Mercredi 16 Novembre 2011
Visualiser l’article original



Sélectivité. La réponse des pêcheurs à l’Europe

L’Europe propose une réforme de la politique des pêches qui risque d’aboutir à la casse des pêcheries françaises. À ces consignes venues d’en haut, les pêcheurs répondent par des solutions conçues à bord des navires.

Quand la commissaire européenne Maria Damanaki ne jure que par des mesures radicales de réduction de l’effort de pêche, les professionnels travaillent sur le terrain avec les scientifiques d’Ifremer à la mise en place de pratiques alternatives et novatrices, comme la sélectivité des engins de pêche. Hier, l’Association du grand littoral atlantique (AGLIA)(1) organisait à Lorient une journée nationale d’échanges sur les différentes expériences abouties ou en cours. À ce titre, les efforts menés dans le golfe de Gascogne sur la pêche à la langoustine sont exemplaires. À la suite d’essais menés sur des chaluts équipés de panneaux en mailles carrées, de grilles, etc., pêcheurs et scientifiques ont réussi à modifier les engins de pêche et à réduire notablement les rejets en mer de langoustines sous la taille légale et de petits merlus. Toutes les expériences ne sont pas couronnées d’un tel succès. C’est le cas des essais (pour l’instant peu concluants) tentés sur la modification des chaluts de grandes mailles des pêcheries multispécifiques dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

La surdité de Bruxelles

Ces différentes initiatives sont-elles de nature à intéresser Bruxelles ? La volonté affichée par les pêcheurs de réduire leur impact sur l’environnement et sur la ressource halieutique pourra-t-elle infléchir les projets de la Commission européenne ? Rien n’est moins sûr, si l’on en croit les professionnels réunis hier à Lorient. Que ce soit la Direction des pêches, les comités des pêches, les conseils consultatifs régionaux, chacun s’accorde à dire que les négociations seront âpres au Parlement, que les pêcheurs ne sont ni écoutés ni associés aux décisions et que la vision de la Commission n’est pas adaptée aux pêcheries françaises. Même le représentant de l’équipe de Maria Damanaki a préféré, hier, qualifier le projet de « zéro rejet en mer » prévu dans la réforme (2) de « vision philosophique » et de « proposition incitative », tant elle semble impossible à appliquer en l’état à la plupart des flottilles européennes.

1. L’Aglia regroupe les conseils régionaux, les professionnels de la pêche et des cultures marines des quatre régions de la grande façade Atlantique.

2. Les pêcheurs devraient débarquer tout ce qu’ils ont pêché, y compris les espèces sous-taille, le poisson nécrosé, etc.

Flore Limantour



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP