Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Surcapacités de pêche. Damanaki se fâche

Surcapacités de pêche. Damanaki se fâche

Dernière mise à jour le mercredi 29 juin 2011

Article paru sur le site "Le Télégramme" - Mercredi 29 Juin 2011
Visualiser l’article original



Surcapacités de pêche. Damanaki se fâche

Maria Damanaki, commissaire européenne chargée de la pêche, s’est montrée très ferme hier. Elle a martelé que la préservation des ressources halieutiques passe par une réduction des capactités de pêche.

Correspondance à Bruxelles
Les dés seront bientôt jetés mais la partie, elle, est loin d’être finie. Hier, à Luxembourg, Maria Damanaki a fait un ultime tour de table des ministres européens au sujet de la future politique commune de la pêche. C’est exactement dans deux semaines que la Commission européenne doit prendre position. Sa ligne est connue : elle veut réduire encore les capacités de pêche pour préserver les ressources halieutiques. Un des points forts de la réforme, les quotas transférables, divise déjà les Européens et suscite déjà l’hostilité des associations de protection de l’environnement. « Cela revient à privatiser des ressources publiques », explique une experte d’Océana. De surcroît, « leur introduction se fait généralement aux dépens de la pêche côtière ».

Restrictions budgétaires

Les « pays pêcheurs » ont une inquiétude supplémentaire : le resserrement du budget du Fonds européen pour la pêche. Créé en 2007 avec un budget de 4,3milliards d’euros jusqu’en 2013, il devait notamment financer l’adaptation de la flotte et la réduction des capacités de pêche (pour environ le quart du budget). Mais il n’échappera pas aux restrictions budgétaires dont on connaîtra mieux l’ampleur demain, quand la Commission présentera son projet de budget pour l’après 2013. « J’espère que nous aurons les moyens de mener à bien nos réformes », a dit hier Maria Damanaki. Elle prévoit cependant de supprimer les mesures d’aides à la flotte, au motif qu’elles entretiennent en définitive les surcapacités. « Nous avons besoin de ces fonds pour améliorer la sécurité, l’efficacité énergétique et les conditions de travail des pêcheurs », proteste un représentant d’un Etat membre.

Tir de barrage

Alors même que le débat sur l’après 2013 commencera à peine, une autre bataille s’annonce, celle des taux de capture autorisés et des quotas pour 2012. Maria Damanaki a présenté à nouveau hier sa nouvelle méthodologie dite « simplifiée ». Cela lui a valu un tir de barrage général des ministres. Le projet de réduire d’un quart, au minimum, les taux de capture autorisés pour toutes les espèces dont les scientifiques apprécient pas ou mal d’état des stocks, a été particulièrement combattu. Près de deux tiers des stocks européens sont concernés. De même que l’ambition de la commissaire d’aboutir dès 2015 à une exploitation dite « soutenable » de tous les stocks. « Personne ne remet en cause cet objectif. Mais il faut une approche plus progressive », explique un diplomate. « Elle a une approche fondamentaliste du principe de précaution », ajoute-t-il.

Florence Autret



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP