Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Tara-Océans. Une année dans l’hémisphère sud

Tara-Océans. Une année dans l’hémisphère sud

Dernière mise à jour le mardi 7 septembre 2010

Article paru sur le site "Le Télégramme.com" - Samedi 04 Septembre 2010
Visualiser l’article original



Tara-Océans. Une année dans l’hémisphère sud

La goélette océanographique Tara, qui a fait relâche pendant cinq semaines au Cap après dix mois de navigation, reprendra la mer dimanche vers l’Amérique Latine, poursuivant sa mission consacrée à l’étude des écosystèmes planctoniques marins.

Un an, jour pour jour, après avoir appareillé de Lorient, puis parcouru quelque 50.000km sur l’Atlantique, la Méditerranée, la Mer Rouge, la Mer d’Oman et l’océan Indien, Tara quitte l’Afrique du Sud, ultime étape de la première année de la mission « Tara-Océans ». Le deux mâts de 36 mètres met le cap sur Rio, première escale en Amérique Latine de cette deuxième année d’expédition océanographique inédite. « Tara replonge dans l’aventure avec tous les risques et les merveilleuses découvertes scientifiques et rencontres humaines que nous avons faites lors de cette première année de la mission », déclare Étienne Bourgois, responsable, avec le professeur Éric Karsenty, directeur scientifique de l’expédition. Tara avait quitté le 5septembre2009 le port de Lorient, pour cette mission inédite - dans la continuité et la durée (trois ans) - afin d’observer l’impact de l’éventuel changement climatique sur les micro-organismes marins (virus, bactéries, larves de poisson, plancton mais aussi coraux, soit 90% de la biomasse des océans) à l’origine de la vie sur la planète bleue. La goélette était entrée dans l’Histoire en réussissant, de septembre2006 à mars2008, sous l’égide du programme scientifique européen Damoclès et dans le cadre de l’Année polaire internationale, une spectaculaire dérive arctique, prisonnière de la banquise, entre la Sibérie et le Spitzberg. Depuis septembre2009, quelque 70 scientifiques appartenant à de grands laboratoires de recherche internationaux, se sont relayés sur la goélette pour recueillir des milliers d’échantillons de plancton et de phytoplancton, lors d’une soixantaine de stations scientifiques.

Un voyage extraordinaire

Tara va donc passer une année dans l’hémisphère sud. Après le Brésil, la goélette descendra vers l’Argentine, puis la Terre de Feu et le Grand Sud et ses eaux glacées. « Nous franchirons le détroit de Drake pour rejoindre la péninsule antarctique. Nous sommes très heureux, trois ans après notre dérive sur la banquise arctique, de retrouver le monde polaire de l’autre côté du globe », dit Étienne Bourgois. Le voyage extraordinaire se poursuivra ensuite dans le Pacifique, d’abord le long de la côte chilienne en faisant un crochet par l’île de Pâques, puis aux Galapagos, aux Îles Marquises, à Papeete et enfin en Nouvelle-Zélande, où la deuxième année de mission prendra fin. « Les océans, c’est notre climat, notre futur, notre mère nourricière et une source de rêves intarissables. Il y a tant à découvrir encore ! », assure le patron de « Tara-Océans ».



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP