Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les (...)

Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles

Dernière mise à jour le lundi 26 novembre 2018

Article paru sur le site "Ouest-France :"
- 23 Novembre 2018
Visualiser l’article original


Depuis quelques années, c’est l’hécatombe chez les abeilles. Or ces insectes pollinisateurs sont des espèces clés pour l’agriculture. Pour les sauver, une chercheuse propose des actions simples et efficaces.

Les convois mortuaires d’apiculteurs avaient fait la une des médias, en juin dernier, pour alerter sur le déclin inquiétant des abeilles. Des apiculteurs bretons affirmaient avoir perdu jusqu’à 80 % de leurs ruches.
n octobre, l’Union nationale de l’apiculture française a communiqué de nouveaux chiffres qui n’augurent rien de bon : 30 % des colonies d’abeilles sont mortes au cours de l’hiver dernier en France, soit autant qu’en une année habituellement.
Un chiffre effrayant, qui est en grande partie expliqué par les néonicotinoïdes, ces molécules très persistantes qui s’attaquent au système nerveux des insectes. Présents dans les pesticides, les néonicotinoïdes sont interdits en France depuis le 1er septembre, mais toujours autorisés dans un grand nombre de pays.

Disparition inquiétante

Bien que tous les signaux soient au rouge, les abeilles sont-elles pour autant condamnées ? Ce n’est pas ce que pense Stefanie Christmann, chercheuse au Centre international de recherche agricole dans les zones arides (Icarda).

Cette scientifique doit présenter ses travaux sur les abeilles à la Conférence des Nations Unies sur la diversité biologique, qui se tient jusqu’au 29 novembre à Charm el-Cheikh en Égypte, rapporte le journal britannique The Guardian,

Cela fait cinq ans qu’elle fait des essais d’« agriculture avec des pollinisateurs alternatifs » en Ouzbékistan et au Maroc. En quoi cela consiste-t-il ? Dans les grandes lignes, il s’agit, dans les zones agricoles, de consacrer une bande de culture sur quatre à des variétés fleuries comme les épices, les graines oléagineuses ou les plantes médicinales, afin que les pollinisateurs puissent se nourrir.

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP