Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

21 janvier : Brexit. Brittany Ferries signe un contrat à 50 M€ avec le Royaume-Uni 19 janvier : Bezhin Breizh. Macroalgue sous serre : un projet pilote à 20 M€ 18 janvier : Pêche. Tellineur, un métier menacé17 janvier : Sarzeau. La spiruline marine dope ses projets 15 janvier : Brexit. Brittany Ferries signe un contrat à 50 M€ avec le Royaume-Uni 14 janvier : Innovation. À bord du premier ferry autonome du monde 12 janvier : Innovation. Une lampe frontale pour surfer de nuit11 janvier : Lorient. Dix tonnes de merlu saisies au port de Lorient-Kéroman 10 janvier : Une méduse serait immortelle !9 janvier : Manche : les gendarmes contrôlent les pêcheurs à pied, trois infractions relevées8 janvier : Port-en-Bessin. Une vedette SNSM plus grande en attendant une neuve d’ici 20247 janvier : Pêche plaisance. Les quatre départements bretons réunis 5 janvier : Groix. Un rorqual de 16,50 m échoué sur les rochers4 janvier : Plouézec. Les trois apnéistes avaient pêché illicitement 398 coquilles Saint-Jacques 3 janvier : Baleine. Le Japon va reprendre ouvertement la pêche commerciale 2 janvier : Madagascar : à la découverte du premier caviar africainDécembre 2018 : Pêche. Tellineur, un métier menacéDécembre 2018 : Coquilles. À bord de l’Eter VagDécembre 2018 : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 1900Décembre 2018 : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ansDécembre 2018 : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique Décembre 2018 : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault
Accueil > Actualités de la mer > Une "mer" sacrée

Une "mer" sacrée

Dernière mise à jour le lundi 22 juillet 2013

Article paru
sur le site "Le Monde Europe" - 21 Juillet 2013
Visualiser l’article original


Il n’y a pas plus assidu du lac Baïkal que le biologiste Maxime Timofeev, toujours à rôder sur ses berges avec ses éprouvettes. Il les analyse ensuite dans son laboratoire d’avant-garde, à Irkoutsk, la ville située à 70 kilomètres de là. Le "patron" du labo s’extasie du caractère unique de cette mer sibérienne – 700 kilomètres de long sur 80 km de large –, vieille de trente millions d’années. Son volume d’eau douce, 20 % des réserves de la planète, équivaut à "tous les lacs américains réunis", dit-il. Dans la Russie de Vladimir Poutine, nourrie aux clichés de la guerre froide, les Etats-Unis sentent le soufre, mais, pour lui, il n’y a qu’une seule comparaison qui tienne pour définir le lac Baïkal : la russo-américaine.

La géopolitique préférée des quatorze chercheurs du Centre scientifique du Baïkal, l’observatoire créé par Maxime Timofeev il y a dix ans, se concentre sur les grands fonds (1 620 mètres) où évoluent des milliers de micro-organismes rares. Les scientifiques connaissent tous leurs secrets. Ils sont intarissables sur "le niveau de stress" de l’Epischura baikalensis, la minuscule écrevisse du Baïkal. Ce crustacé agit comme un puissant aspirateur, filtrant les impuretés du lac.

Cette "femme de ménage" hors pair est depuis peu guettée par le surmenage, la faute à l’homme qui déverse dans le lac ses eaux usées, ses produits industriels et chimiques, ses huiles de vidange.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP