Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

19 janvier : Bezhin Breizh. Macroalgue sous serre : un projet pilote à 20 M€ 18 janvier : Pêche. Tellineur, un métier menacé17 janvier : Sarzeau. La spiruline marine dope ses projets 15 janvier : Brexit. Brittany Ferries signe un contrat à 50 M€ avec le Royaume-Uni 14 janvier : Innovation. À bord du premier ferry autonome du monde 12 janvier : Innovation. Une lampe frontale pour surfer de nuit11 janvier : Lorient. Dix tonnes de merlu saisies au port de Lorient-Kéroman 10 janvier : Une méduse serait immortelle !9 janvier : Manche : les gendarmes contrôlent les pêcheurs à pied, trois infractions relevées8 janvier : Port-en-Bessin. Une vedette SNSM plus grande en attendant une neuve d’ici 20247 janvier : Pêche plaisance. Les quatre départements bretons réunis 5 janvier : Groix. Un rorqual de 16,50 m échoué sur les rochers4 janvier : Plouézec. Les trois apnéistes avaient pêché illicitement 398 coquilles Saint-Jacques 3 janvier : Baleine. Le Japon va reprendre ouvertement la pêche commerciale 2 janvier : Madagascar : à la découverte du premier caviar africainDécembre 2018 : Pêche. Tellineur, un métier menacéDécembre 2018 : Coquilles. À bord de l’Eter VagDécembre 2018 : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 1900Décembre 2018 : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ansDécembre 2018 : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique Décembre 2018 : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault Décembre 2018 : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes Décembre 2018 : #AlertePollution Décembre 2018 : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques
Accueil > Actualités de la mer > Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)

Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)

Dernière mise à jour le vendredi 6 octobre 2017

Article paru sur le site "Radio-Canada :"
- 01 Octobre 2017
Visualiser l’article original


Si les produits de la mer sont cuisinés et dégustés sans retenue au Québec, on boude pourtant les restes de poisson et de crustacé, dans lesquels se cache toute une industrie potentielle, notamment destinée à en faire des produits pharmaceutiques et biomédicaux.

Un texte de Laurence Gallant, d’après les informations d’Ariane Perron-Langlois

Le ministre délégué aux Affaires maritimes, Jean D’Amour, souhaite que des composantes comme les carapaces de crustacés soient transformées en des produits à forte valeur ajoutée, plutôt que d’être jetés.

Il croit qu’une telle transformation profiterait à l’économie de tout l’Est du Québec.

« Présentement, il y a à peu près 30 % de la matière qui est transformée au Québec, alors que dans des pays comme l’Islande, on va jusqu’à 85, 90 %. Donc entre les deux, ça s’appelle des emplois, de l’activité économique, et c’est bon pour les régions », estime Jean D’Amour.

C’est une opportunité pour nous qui est à saisir. Quand je parle des biotechnologies marines, j’appelle ça de l’or bleu pour le Québec.
Jean D’Amour, ministre délégué aux Affaires maritimes

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP