Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Une saison « très calme » de pêche au thon rouge s’annonce

Une saison « très calme » de pêche au thon rouge s’annonce

Dernière mise à jour le mardi 17 mai 2011

Article paru sur le site "20 Minutes" - Vendredi 13 Mai 2011
Visualiser l’article original



Une saison « très calme » de pêche au thon rouge s’annonce

PECHE - La saison de pêche commence le 14 mai, mais les événements récents au Japon et en Libye pourraient la rendre exceptionnellement calme...

Les thons rouges pourraient bien profiter de l’actualité : tandis que ses principaux acheteurs, les Japonais, peinent à se relever de la catastrophe naturelle et nucléaire qui les a touchés en mars, la première zone de pêche, au large de la Libye, sera fermée pour cause de présence militaire dans les eaux libyennes. Julien Pfyffer, journaliste auteur de Trésor rouge (éd. Dialogues), une enquête approfondie sur la pêche au thon rouge, explique pourquoi la saison 2011, du 14 mai au 14 juin, sera différente des autres.

Moins de commandes du Japon, moins de pêche en Libye

« On connaît encore mal la situation au Japon mais on sait que le gouvernement a demandé aux industriels de consacrer leurs fonds à la reconstruction. Les Japonais n’ont pas passé les mêmes commandes de thon rouge que les autres années, les fermiers méditerranéens nous l’ont confirmé. Quant à la Libye, l’émissaire de Tripoli à l’Iccat a annoncé qu’il n’y aurait pas de pêche pour les thoniers libyens cette année car une dizaine de navires militaires stationne dans les eaux. Ce sera donc une saison très calme, mais même si la majorité des thons est capturée dans les eaux particulièrement chaudes au large de la Libye, ce n’est pas pour ça qu’il n’y aura pas de pêche du tout : il y aura encore des thoniers aux Baléares, au sud de Malte, dans l’Adriatique et au sud de l’Italie. »

Des mesures de contrôles du respect des quotas renforcées

« Oui, mais les pêcheurs peinent à imaginer que ce règlement soit applicable : c’est très administratif, il faut être très précis, tout filmer, tout contrôler… ça ressemble à un règlement de bureau pas adapté au travail en mer. Pour l’appliquer à la lettre, il faudrait des moyens gigantesques en termes de recrutement, de formation,… Ca couterait trop cher et les pêcheurs se plaignent car ce sont eux qui payent les contrôleurs : ce sont leurs versements à l’Iccat qui sont ensuite redistribués, alors même que les quotas en baisse rendent plus difficile de rentabiliser les bateaux. »

L’action des ONG de moins en moins pertinente

« A la base, les pêcheurs ont reconnu l’action positive des ONG, en particulier de Greenpeace dès 2006. A cette époque, c’était devenu l’anarchie : les plus anciens pêcheurs européens voyaient arriver plein de petits pêcheurs d’autres pays qui s’y sont mis quand ils ont découvert les hauts prix de vente. C’était une vraie ruée vers l’or. Mais depuis ce moment-là, les ONG n’ont pas fait évoluer leur discours alors que les scientifiques voient des signes positifs pour la population de thons rouges. Ces dernières années, quand les scientifiques émettaient des avis positifs, ils étaient accusés d’être à la solde des pêcheurs… Les ONG sont plutôt là pour faire de la communication, pourtant aujourd’hui, si elles disparaissaient, on risquerait de revoir l’activité illégale exploser ».

Une population de thons rouges sur la bonne voie

« On peut être content de ce vers quoi on va. Maintenant, la pêche est bien encadrée même s’il y encore des zones grises où on ne sait pas vraiment ce qui se passe. Par rapport aux discussions que j’ai eues avec les scientifiques, on peut dire qu’il y a des signes très positifs pour les jeunes thons qui viennent chasser les sardines dans le golfe du Lion. D’autre part, par rapport aux autres thons rouges du Pacifique, ceux de l’Atlantique qui viennent en Méditerranée ont une faculté à se reproduire plus vite. La population de thons est sur la bonne voie ».

Propos recueillis par Audrey Chauvet



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP